Ombres et ombres

Ombres et ombres

L’architecte David Matero a été élevé en Norvège, dans le Maine, mais ce n’est qu’en voyageant dans ce pays qu’il a pu constater de visu comment la lumière pouvait être bien gérée. “Dans un climat qui n’est pas sans rappeler celui du Maine, les Norvégiens travaillent dur pour gérer le soleil avec des parasols et des écrans, créant des ombres toujours changeantes qui se déplacent au fil des jours et des mois”, explique Matero. La lumière du soleil est naturelle, et dans le climat du Maine, exploiter cette lumière gratuite (et l’énergie thermique) est non seulement nécessaire, mais aussi responsable, selon M. Matero. Dans le Maine en particulier, le soleil joue toujours un rôle important dans la perception de la journée. Qu’elle soit naturelle ou artificielle, la lumière est l’un des éléments les plus importants à prendre en compte lors de la conception d’un espace. MH+D a demandé à Matero de nous en dire plus.

Q. Quelle est la différence entre les ombres et les ombres ?

A. L’ombre est l’obscurité d’un objet qui n’est pas en lumière directe, tandis que les ombres sont la silhouette de la forme d’un objet sur une autre surface. Créées par la même lumière, les ombres et les nuances réagissent différemment, et toutes deux influencent la façon dont on perçoit l’espace, la couleur et la sensation. Lorsque les ombres semblent avoir une distribution de couleur constante, l’ombre peut avoir une intensité moindre à mesure que la lumière diminue. L’ombrage d’une surface et le changement d’intensité font ressortir des motifs et des couleurs qui se transforment tout au long de la journée, contribuant ainsi à créer une façade qui peut prendre vie. Il est difficile de créer du mouvement dans l’éclairage intérieur, mais ces mêmes principes sont importants pour comprendre son effet sur l’utilisateur, car la lumière peut rebondir ou frôler les surfaces.

Q. Comment les nuances et les ombres réagissent-elles à la lumière naturelle ou artificielle ?

A. La principale différence entre la lumière artificielle et la lumière naturelle est la capacité à contrôler la lumière artificielle et à la diriger là où vous le souhaitez. Une fenêtre orientée vers le sud avec un parasol bien conçu peut non seulement bloquer le soleil direct (et donc la chaleur) pendant l’été, mais aussi admettre le soleil direct (et donc la chaleur) pendant l’hiver. L’avantage supplémentaire réside dans les ombres qui se déplacent lentement et changent constamment et qui sont projetées sur l’extérieur tout au long de la journée. Si la lumière artificielle peut faire un travail formidable pour créer un espace spécial, si elle est mal utilisée, elle peut aussi complètement gâcher l’expérience de chacun. Combien de fois a-t-on hâte d’entrer dans un espace avec une source de lumière monotone provenant du plafond ? Ce schéma d’éclairage prototype est tel que très peu d’ombres sont créées, ce qui donne un espace sans caractère, ce qui peut être bon pour une salle d’opération, mais pas pour un restaurant. Et si la lumière était redirigée vers le périmètre et que les murs étaient effleurés pour faire ressortir la texture de la surface par les ombres projetées par un matériau irrégulier ? Ou si la lumière était éclairée derrière un écran, projetant une ombre sur le mur ? De nombreux espaces peuvent être améliorés en comprenant comment la lumière et les ombres peuvent fonctionner ensemble pour créer des environnements intéressants et non statiques.

Q. Comment les ombres et les lumières affectent-elles l’architecture ?

A. Bien que les bâtiments soient des objets statiques, certains des bâtiments les plus réussis ont atteint un sentiment de mouvement ou de fluidité. Lorsque le soleil traverse la façade, en projetant des ombres et des lumières en alternance sur la surface, la dynamique de la position de cette structure dans l’environnement est un élément important pour devenir un partenaire respecté dans son environnement. La nuit, ce processus est inversé, et les ombres sont désormais créées par la lumière artificielle à l’extérieur ou émanant de la fenestration. Dans l’architecture actuelle, on explore davantage les fenêtres poussées aux coins des structures, une sorte d’étude en équilibre sur la symétrie. Cette érosion de l’angle repousse la limite de l’intérieur vers l’extérieur, faisant ainsi paraître les pièces plus grandes. Ce jeu de contrepoint entre la surface solide et la fenestration peut être renforcé par une compréhension de la façon dont la lumière affectera les surfaces. C’est la compréhension des différentes composantes de la lumière, des ombres et des nuances qui permet de créer des espaces spéciaux.